Copyright Edition A.T. - Modifié le 12 octobre 2010 - plan du site - mentions légales -

Mon enfance à Montréal

couverture Auteurs : Berne, Eric
Traduction en français de A Montreal Childhood
ISBN : 978-2-918994-01-5
Format : 160 pages.
Éditons d'Analyse Transactionnelle, 2010.
Sommaire
Prix public : 19,30 € - Ajouter au panier

Présentation

À sa mort Eric Berne a laissé des douzaines de cartons remplis de papiers, dont plusieurs manuscrits de livres et d'articles inachevés, et une longue histoire pleine de digressions qui forme le corps de Mon enfance à Montréal. Écoutons Terry Berne nous parler de la naissance de cet ouvrage :
« C'est assez tardivement que je découvris le manuscrit de Montréal, et il m'attira immédiatement. Tous les éléments de base pour une première version y étaient, avec de longues digressions.
Au début, mon travail s'avéra très lent et difficile. Que fallait-il laisser de côté ? Que fallait-il garder ? Un jour, il me vint en rêve une petite révélation : le récit avait à être dit par la voix de l'enfant, et c'était là l'élément essentiel. Si je suivais juste cela, tout se mettrait en place. Une fois que j'eus décidé de suivre mon instinct, aiguisé par de nombreuses années de vécu professionnel et d'écriture, et par ma connaissance du style de mon père, tout vint en douceur, et j'eus une version utilisable en quelques mois ».

Que nous dit cet ouvrage ?

Nous y trouvons le récit de son enfance à Ste Famille Street. Ce récit est construit au gré des associations de l'auteur et non selon un ordre chronologique.
C'est un livre émouvant par la rencontre que nous faisons de l'enfant Eric Lennie, de ses joies et de ses peines, de ses amis, de ses amours d'enfant, de sa vie d'immigrants, de sa relation avec Père et Mère. C'est aussi un récit anthropologique, nous brossant la vie dans ce quartier pauvre de Montréal multiculturel et multireligieux. Nous rencontrons aussi son Père médecin, soignant sans relâche et se préoccupant d'hygiène, en particulier en lien avec le fléau de l'époque : la tuberculose.
Pour conclure redonnons la parole à Terry Berne : ce livre « révèle de nombreux aspects de la personnalité d'Eric, de son développement intellectuel et de son évolution psychologique. Il contient aussi ses premières observations et expériences avec les autres humains, qui, ultérieurement, ont donné les éléments théoriques et pratiques de sa principale contribution à la psychothérapie, l'analyse transactionnelle ».
Henri Torrell a écrit le 15 avril 2011 :
J'ai lu en ce début d'année l'ouvrage sur l'enfance d'Eric Berne à Montréal, livre publié aux Editions d'Analyse transactionnelle.
Merci à son fils Terry d'avoir eu l'idée de porter à notre connaissance les notes personnelles de son père. J'ai été très intéressé par ce livre au point de le lire une deuxième fois plus attentivement et avec encore plus d'intérêt.
Donc Eric Berne a été un enfant ! Ceci ne me préoccupe guère lorsque je le découvre dans les années 1986 à travers sa théorie. Et pourtant c'est une évidence, l'homme Eric Berne est le produit de cette enfance vécue dans ce milieu pauvre d'immigrés de tous horizons qui peuplent le Montréal des années 1900, rongé par la tuberculose.
Sa maman l'appelait Nardo et lui chantait des comptines pour l'aider à supporter la rugosité de ses vêtements. Cette mère, veuve si jeune apparaît tout au long du livre comme l'ange tutélaire discrète et oh combien modélisante ! Autre modèle admiré tout au long de cet ouvrage : le père « médecin des pauvres » dévoué à la santé de toute cette population juive immigrée d'Europe de l'Est; dévoué jusqu'à sa mort prématurée à 38 ans, dévoré par cette même maladie qu'il traquait sans relâche. Eric ayant 10 ans à ce moment-là.
Á l'admiration sans borne que nous découvrons tout au long de cet ouvrage pour ce père, on comprend aisément la dédicace de Que dîtes-vous après avoir dit bonjour ?
Ce qui me captive au fil des pages, outre l'identification personnelle à ce milieu pauvre d'immigrés, qui a été aussi celui de mes parents, c'est cette découverte du monde par le petit enfant tout à fait ordinaire qu'est Léonard, ses interprétations et les déductions qui s'en suivent. Réflexions sur la naissance, l'amour, la mort... Exemples :
- « Tout homme devrait apprendre à son fils à maîtriser la rivière »
- « C'est ainsi que j'ai appris à ne plus jamais entreprendre une expérience sans anticiper les éventuelles surprises »
La forme de l'ouvrage paraît décousue et intrigue au début, une sorte de puzzle que le lecteur sera surpris de reconstituer sans peine une fois les premières interrogations surmontées.
Le style également : c'est le petit enfant qui parle, qui découvre les mystères de la vie, les règles du milieu dans Sainte famille street, la sexualité, les émois amoureux. Le lecteur que je suis a 5 ans, 10 ans, 15 ans en même temps que lui et se trouve sans cesse en retour sur lui même en découvrant avec lui ces moments de sa vie. Peu à peu je vois se dessiner ce que sera l'homme Eric Berne et en même temps je vois ce que moi , je suis devenu... « Soy yo y mis circunstancias » (Je suis Moi et mes circonstances) disait le philosophe Ortega y Gasset. Quelle évidence !
Tout connaisseur de l'analyse transactionnelle ne peut s'empêcher de deviner comment peu à peu s'est élaborée sa théorie.
Puis nous arrivons vers la fin de ce voyage dans l'enfance. Eric a 17 ans. La page 171 qui nous montre le jeune homme quittant la solide maison de Sainte Famille Street est un résumé brillant de toute cette élaboration juvénile.
« Alors, je pouvais descendre la rue, la tête haute... et me sentir une partie du monde... sans oublier les racines avec tous ses arbres, ses oiseaux ses bêtes et ses gens qui palpitaient et luttaient sur la terre et au dessous... sans oublier les racines chercheuses sous sa surface ».
L'Analyse Transactionnelle était déjà bien en marche.
P.S. : Depuis sa parution j'ai proposé la lecture de cet ouvrage à des personnes avec lesquelles je finissais un accompagnement comme outil d'approfondissement de leur parcours de vie. Les retours ont été positifs. Comme moi, ils l'ont vécu comme une réconciliation avec leur propre enfance.