Copyright Edition A.T. - plan du site - mentions légales -

A.A.T. n° 142

couverture A.A.T. 142 - avril 2012

Le Moi fragile - Avril 2012

Ajouter à votre panier
Éditorial
France Brécard, Éditorial : « Ne me secouez pas, je suis plein de larmes », pp. III-VI.
Télécharger l'éditorial.
Articles
Elyane Alleysson, Le conte des Douces Caresses : un cheminement, pp. 1-13
Résumé : Le conte des Douces Caresses a constitué un élément fondateur de ce qui a souvent été appelé « la culture de l'analyse transactionnelle », et comme tel, il a nourri l'imaginaire mais aussi (surtout ?) le système de valeurs (parental) de nombre d'analystes transactionnels. Ce n'est pas le moindre mérite de cet article de montrer comment l'air du temps (on est à la fin des années soixante) a structuré cette lecture économique et politique, jusqu'à infléchir en ce sens la traduction française. Dans celle-ci, Le conte chaud et doux des Chaudoudoux, les choix de traduction amplifient le biais d'origine vers une lecture d'un paradis perdu, mais qui, au fond, ne serait pas si éloigné de nous pour peu que l'on revienne aux valeurs et aux comportements communautaires sous-tendant cette économie de l'abondance des caresses. Au fond, cette thèse utopique ne permettait guère la métaphorisation du désir, comme le montre bien l'auteure, en nous invitant à dépasser cette approche trop "à plat" pour "écouter" une musique plus proche de nos soucis, plus psychodynamique, en un mot plus "intégrative" au sens de la construction progressive de l'Adulte. Enfin, last but not least, la sorcière du conte se voit enfin réhabilitée dans sa fonction symbolique, pour le plus grand plaisir des Enfants du vingt et unième siècle comme des vrai(e)s féministes du vingtième. J.P.Q.
Armelle Brunot, Psychopraticienne, a écrit le 12 juin 2012 :
Bonjour Elyane,
Merci pour ton article sur le conte de Steiner ! Quel régal !
Je me suis sentie gâtée de pouvoir enfin lire ce que je t'ai si souvent entendu dire au cours de ma formation.
En te lisant, j'ai à plusieurs reprises senti le même plaisir que j'ai à lire Lytta Basset : ce souci du trésor de chaque mot, de leur importance. Le fait de prendre au sérieux ce qu'a écrit l'auteur, le fait de prendre de la hauteur et de considérer le symbolique. C'est une belle lecture transcendentale qui rend à ce conte sa valeur de conte justement, celle qui parle de notre histoire enfouie et de ce fait même, fondatrice.
Bravo à toi, et merci pour ce cadeau.
Je t'embrasse.
Ann Heathcote, Comprendre le narcissisme par l'A.T., pp. 14-25
Résumé : En se basant sur la littérature A.T., cet article décrit le narcissisme et présente les origines de son développement, sa structure et sa relation à la honte, à l'attitude "sans reproche" et au transfert. Ensuite, ces éléments sont mis en lien avec des orientations thérapeutiques.
Brigitte Evrard, Une conception des origines de la symbiose de second ordre, pp. 26-44
Résumé : À partir de la compréhension des apprentissages relationnels précoces du bébé, l'auteure propose d'explorer les origines des mécanismes de symbiose de second ordre, les envisageant comme les traces du dysfonctionnement des relations les plus précoces, enregistrées dans le protocole. Vue sous cet angle, la symbiose de second ordre redonne au corporel une place centrale dans la relation. B.E.
Laurence Dabrainville a écrit le 16 novembre 2012 :
"Je vais écrire à cette femme parce qu'il y a quelqu'un, enfin, qui me comprend", telle a été ma phrase, mot pour mot, à l'issue de la lecture de votre article.
Une émotion soudaine est montée en moi et ne m'a plus quittée jusqu'à la dernière ligne. Ce qui m'a le plus touchée, c'est lorsque vous avez expliqué le "développement problématique" et comment le bébé s'organise pour parer aux manquements de sa mère. Vous avez réussi à me faire comprendre le détail du processus des relations symbiotiques de second ordre et comment "les mouvements relationnels précoces laissent des traces dans le fonctionnement relationnel de l'adulte".
Je trouve votre analyse précise dans son ensemble et très perspicace quant aux soins que vous avez pris à la démontrer. Votre travail m'est précieux.
Peut-être que des connaisseurs avertis (certains psys, par exemple) pourraient penser que c'est simple. En revanche, la débutante que je suis y a trouvé beaucoup de contenu pour pouvoir comprendre davantage de quoi il s'agit, pour accompagner de manière appropriée de futurs clients qui ont ce profil.
Pour moi, le plus important dans un article d'A.T. est qu'il puisse être à la portée d'un maximum d'individus, d'éveiller le plus de gens possible à la compréhension de certains concepts tout autant que de faire avancer la théorie de l'AT dans son ensemble. C'est ce que, selon moi, vous avez réussi à faire. Car, en lecture, il n'est pas commun et facile de toucher les gens aussi profondément, émotionnellement parlant et c'est ce que vous m'avez fait vivre.
Aussi, je m'autorise à demander aux éditions d'A.T. de bien vouloir retenir votre article pour qu'il figure parmi ceux retenus pour les Prix Éric Berne et Raymond Hostie de 2013.
Enfin, je vous adresse deux mots : BRAVO et MERCI.
Salomon Nasielski, la symbiose de second ordre : retour au concept originel, pp. 45-52
Résumé : Dans cet article, Salomon Nasielski nous resitue le contexte originel de la théorisation de la symbiose du second ordre, et son sens dans ce contexte. Traducteur des Schiff en France et en Belgique, beaucoup formé par eux, il a été Psychologue à l'Institut de Psychiatrie de l'Hôpital Universitaire Brugmann (Bruxelles) de 1960 à 1971. Dans le contexte de la psychose décompensée, le concept de symbiose du second ordre prend un autre relief que celui que nous utilisons dans nos pratiques ambulatoires. Il n'est pas question ici de suggérer qu'une interprétation serait meilleure qu'une autre, mais d'interroger la pensée et son évolution en l'historicisant. A.Z.A.
Le point sur...
Catherine Frugier, la chaîne symbiotique, pp. 53-59
Rencontre avec...
Elyane Alleysson, Rencontre avec... Charlotte Sills, pp. 60-66
Appel à candidatures
Comité de rédaction, pp. 67
Forums
Jean-Pierre Quazza, L'analyste transactionnel et la crise, pp. 68-71
Salomon Nasielski, Une quatrième voie, pp. 71-73
Agnès Le Guernic, Une question de confiance, pp. 73-74